La tangente du cercle vicieux

28 octobre 2012

Contre la bêtise protégez vous... votez OBAMA !

Des femmes américaines ont décidé de réagir ! sur la longue liste Katy Perry...

Après toutes les inepties entendues (y compris de la bouche de certaines femmes PARTI REPUBLICAIN) sur l'avortement et la condition féminine...

Une petite chanson n'est pas de trop.

Elles ont choisi "You don't own me" (une chanson de 1964)

Pour l'écouter cliquer SUR CE LIEN : http://www.meltyfashion.fr/obama-est-soutenu-pour-les-elections-en-video-you-don-t-own-me-par-les-modeuses-a136434.html

 

 

 

 

Posté par minutebleue à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


16 octobre 2012

ça pourrait intéresser les avortons dans mon genre

L’ENCYCLOPEDIE AUDIARD par Stéphane Germain 2012

L’ENCYCLOPEDIE AUDIARD par Stéphane Germain 2012

Edition HUGO & Cie sortie le 13 septembre 2012

 

Tantôt fêté, tantôt hué Michel Audiard est à ce jour outre le dialoguiste le plus connu du public français ne serait ce que pour être celui du film culte « Les tontons flingueurs »et le plus reconnu tant les consécrations déferlent.

 

Ce livre là ne déroge pas à la flopée d’hommages, bien au contraire il demeure l’ouvrage le plus exhaustif consacré à cet « obsédé textuel » du cinéma français d’après guerre. D’ailleurs l’appellation « Encyclopédie » n’est pas usurpée tant l’approche semble totale. Stéphane Germain s’est lancé dans la tache de nous présenter son modèle de A à Z auscultant toutes ses facettes Parmi celles-ci se trouvent ses travaux anonymes , ses propres réalisations aux titres volontairement longuets et ô combien mémorables (Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages-- Le cri du cormoran, le soir au-dessus des jonques --- Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause! ), ses projets inaboutis ( du Simenon et du Céline c’est dire l’ambition du gars) ses polars et ses romans dont le superbe « la nuit , le jour et toutes les autres nuits )

 

L’auteur s’est intéressé aussi à ce qu(il surnomme « LES DISEURS » ce groupe d’acteurs et actrices qui ont déclamé du Audiard avec appétit et jouissance tels que Ventura , Gabin Belmondo et le génial Blier , Maurice Biraud , Jean Carmet et a fait appel à l’illustrateur Gega pour présenter ces bouilles et ses mines patibulaires (1) .

 

Puis après une approche pertinente de l’esprit et de la mécanique d’Audiard, le biographe et essayiste s’attèle à ses longs métrages auxquels il a apporté sa patte et au lieu de citer bêtement les bons mots de cet artiste, il se met à analyser chacun de ses films l’accent outre sur leur impact public, leur l’histoire et leur contribution au cinéma gaulois. Il accompagne sa dissection d’une flopée d’affiches superbes qui rend cette iconographie on ne peut plus riche

 

C’est lors de cette introspection que ressort le mieux le portrait de ce dialoguiste de talent, parfois las de faire de l’Audiard ou de servir la soupe ; il dira d’ailleurs non sans recul « J’ai arrêté de picoler quand je me suis aperçu que j’écrivais le même livre depuis 10 ans « Durant sa dernière décennie de création , qui en conte quatre de 1949 « Mission à Tanger » à 1984 « On ne meurt que 2 fois » ce phraseur populaire pour Ventura Gabin Belmondo et autres va s’engager dans des œuvres plus ambitieuses, plus complexes et de dramaturgie plus imposante et peut -*ête plus intellectuel , lui qui clamait : « Qu’un con qui marche va plus loin qu’intellectuel qui réfléchit » cela nous donnera des œuvres mémorables « Mortelle randonnée » en 1983 « On ne meurt que 2 fois » en 1985 , « Pile ou face » en 1980 qu’il considérait comme son plus beau travail

 

L’homme peut dormir sur ces 2 oreilles , cette entreprise  cinématographique assoit sa notoriété ; nous sortons de ce livre jusqu'à plus soif tant le travail est dense et constitue un des plus achevés sur cet auteur dont les mots encore résonnent dans notre culture cinéphilique (2)

 

(1) Là nous eussions aimé que le livre s’accompagnât d’un CD contenant ces dialogues savoureux dit par ces comédiens de tempérament

(2) notamment la scène jouissive dans la cuisine des « Tontons flingueurs » qui réunit Ventura Blier Blanche , Lefèvre , Alban soliloquant sur les vertus d'une boisson alcoolise

Posté par minutebleue à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

C'ETAIT LA RUCHE QUI DISAIT OUI...

La Ruche qui dit Oui !

Pour manger mieux et moins bête !

 

 

Posté par minutebleue à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LE CHAT A DIT

sine-mensuel-13

Posté par minutebleue à 14:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 juillet 2012

DESSINDE PRESSE SUR LE SITE LARGE - FESTIVAL "SATIRE A DAX"

Capturebann

Après un moment d'absence, voici l'adresse d'un site pour les amoureux du dessin satirique...

 

Cliquer sur LARGE :

http://large.canalblog.com/

satiradax2012_Mise-en-page-1

Super dessin de Desprosges :

22253_100333176663813_100000613924722_6703_4765975_n

 

 

Posté par minutebleue à 13:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


11 mai 2012

MICKAEL KIWASUKA


Michael Kiwanuka - Home Again

Souvent comparé à Otis. Un chanteur qui monte....

Ma chanson préférée est "I'll get along"

 

Posté par minutebleue à 18:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

21 avril 2012

Aller voter c'est garder le droit de l'ouvrir !

Posté par minutebleue à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Belle initiative pour les filles

 

Population mondiale

Y-a-t-il plus d’hommes ou de femmes sur Terre ?

Il y a à peu près le même nombre de femmes que d’hommes sur Terre. Mais dans le détail, il y a légèrement plus d’hommes : 102 hommes pour 100 femmes (en 2010).  De façon encore plus précise, sur 1000 personnes,  504 sont des hommes (50,4 %) et 496, des femmes (49,6 %). Il naît un peu plus de garçons que de filles : 107 garçons pour 100 filles. Mais les garçons meurent plus que les filles ; c’est vrai dans l’enfance, mais aussi à l’âge adulte. Il arrive donc un âge où les hommes et les femmes sont en nombre égal : en France, c’est à 25 ans (en 2010). Au-delà de cet âge, ce sont les femmes qui sont plus nombreuses, l’écart se creusant avec l’âge. Ainsi, en France, 8 centenaires sur 10 sont des femmes (en 2010). Source INDED.

 

Les filles et les femmes dans le monde

Comment le filles et les femmes sont-elles traitées dans le monde ? C'est mieux qu'au moyen age mais ça n'avance pas aussi vite que si les hommes changaient d'attitude mais ils ne le font pas. Le seul moyen d'action : qu'ils soient éduqués par leur mère sur la condition de femmes. Bref, c'est aux femmes de changer et d'élever leurs filles et leurs fils différemment. Les femmes des pays développés aident les femmes des pays sous développés.

 

A lire un doc sur les mentalités dans le monde. ELOQUENT...

 

http://www.prb.org/FrenchContent/Articles/2011/women-girls-data-sheet-2011-fr.aspx

 

BEL EXEMPLE CONSTRUCTIF POUR CREER UN CERCLE VIRTUEUX

Toutes à lécole (http://www.toutesalecole.org/).

 

 

 

 

 

 

Posté par minutebleue à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Les femmes qui lisent s'éduquent...

Un livre de Laure Adler et Stefan Bollmann qui est très riche sur le sujet...

 

Comme Les femmes qui lisent sont dangereuses, le livre propose un choix de peintures, dessins et photographies du Moyen Age à aujourd'hui, dont le motif commun est de montrer une femme en train de lire. Offre également une réflexion sur cette activité qui fut longtemps interdite à la femme. Quelques images sorties des livres :

Jean Despujol, La pensée

Posté par minutebleue à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Ils sont devenus français...


Dans l'Obs: comment ils sont devenus français

Ils sont devenus français :

Un ouvrage se penche sur 40 dossiers de naturalisation accordée à des personnalités célèbres. Les archives montrent que ce fut souvent un combat pour les familles.

Le mime Marceau, Blaise Cendrars, Roger Vadim, Cavanna, Kosma, Alberto Uderzo, Émile Zola, Kandinsky ou Chagall ont au moins une chose en commun: figures incontournables de la vie culturelle française, ils n'ont pas toujours été français. Dans un livre d'enquête, Doan Bui et Isabelle Monin (1) racontent un an de recherches au service BB11 des archives, qui abrite les tonnes de dossiers liés aux naturalisations. «Nous sommes parties avec quelques noms d'artistes ou de célébrités en tête. Une fois les dossiers dénichés, tout était là: les demandes des familles, les recommandations, les enquêtes administratives ou de bonnes mœurs», raconte Doan Bui.

On a oublié que le père d'Astérix, Alberto Uderzo, dû attendre l'âge de 7 ans pour être français. Que la demande du père de Michel Drucker traîna pendant des années, notamment sous le poids du lobby médical qui craignait la concurrence étrangère. «La valeur professionnelle de monsieur Abraham Drucker n'est pas égale à la valeur moyenne des médecins français», lance ainsi le président du Syndicat des médecins de la Seine, dans une lettre adressée au chef du bureau des naturalisations, le 11 juin 1937.

Le livre s'organise en plusieurs séquences chronologiques. Car la France n'a pas accueilli ses étrangers de la même manière   et pour les mêmes motifs   au gré des époques. Avant 1803, «le pouvoir accorde des lettres de naturalités, en fonction des individus et de ce qu'ils apportent à la France », explique Anne Poinsot, responsable de la section BB11 aux Archives, «puis diverses lois, dont celles de 1803, 1889 et de 1927, encadrent les naturalisations tout en les rendant plus faciles ». Les Années folles sont témoins d'un afflux d'étrangers, dont des Italiens et des Russes blancs. On voit par exemple dans les archives les demandes des familles Goscinny, Plemiannikov (Vadim), Livi (Montand) ou Ginsburg (Gainsbourg). Joseph Ginsburg dépose sa requête en 1931 car il «désire donner à ses enfants une éducation essentiellement française». Et la naturalisation est accordée par la Préfecture de police en 1932, au motif «qu'il s'est bien adapté à nos mœurs et à nos coutumes».

 

Toutes ces familles croient à la France, à sa culture, à ses valeurs. «Ma mère me parlait de la France comme d'autres parlent de Blanche Neige ou du Chat botté», narre Romain Gary, anciennement Kacew Roman, né en Pologne et naturalisé en 1935. Ils se battent parfois férocement pour devenir français. «Je serai prêt à me rendre dans les colonies», plaide ainsi Abraham Drucker, en gage de son implication dans la vie du pays.

Mais ce sont surtout les services rendus à la nation qui serviront de levier, l'exercice d'un art ou le rayonnement culturel venant bien après. C'est une fois blessé par un éclat d'obus en 1916 que Guillaume Kostrowitzky, dit Apollinaire, a décroché son sésame.

La période de Vichy remet en cause un certain nombre de décisions prises antérieurement. Les auteurs mettent au jour les petits papillons de la commission de révision des naturalisations, qui a passé au crible toutes les naturalisations acquises depuis 1927. «Avis de retrait», peut-on lire dans le dossier des Ginsburg, une main ayant ajouté en marge de l'avis: «Juifs».

Après guerre, les hauts faits de résistance sont récompensés. Le dossier de Georges Charpak est accepté «étant donné ses sentiments allemands». Petit à petit, on ne parle plus d'étrangers, mais d'immigrés. Et à partir de 1960, une autre page de cette histoire française s'ouvre.

Ils sont devenus français, Doan Bui et Isabelle Monin, Ed. J.-C. Lattès.

Source Le figaro
Par  Claire Bommelaer

Posté par minutebleue à 16:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,